> Blog Legaltech > Les interviews du Village de la Legaltech : Lorenzo Stranges, (...)

Les interviews du Village de la Legaltech : Lorenzo Stranges, Docusign.

Publié le : mercredi 20 novembre 2019

Après un diplôme d’école polytechnique obtenu à Milan, Lorenzo Stranges rejoint Baracoda. 2 ans après, il intègre Oberthur Technologies en tant que Responsable Produit, avant de devenir Directeur Marketing chez OpenTrust. C’est ainsi qu’en 2015, il intègre DocuSign France en tant que Directeur Marketing.
Cette année Docusign est au coeur de l’évènement en tant que TopSponsor du Village de la Legaltech 2019.

Quelles sont selon vous les principales tendances du marché de la Legaltech, quelles mutations observez-vous ?

La signature électronique est entrée dans les mœurs et elle est de plus en plus utilisée par les départements juridiques et les cabinets d’avocats. Nos clients nous disent que ce sont même leurs clients et partenaires qui réclament que les documents soient signés numériquement.
L’une des tendances que l’on observe sur le marché, c’est la volonté d’aller encore plus loin dans la gestion de l’intégralité du cycle de vie des contrats. Les entreprises souhaitent automatiser et accélérer l’ensemble du processus de contractualisation – de la préparation du document (collaboration et/ou négociation à prévoir), à la signature, en poursuivant par l’exécution du contrat (déclenchements d’actions à la suite de la signature dudit contrat) et la gestion des accords post-signature (reporting ou analyse du contenu des contrats via IA). Qu’elles le sachent ou non, toutes les entreprises possèdent un processus contractuel. Chez DocuSign, nous appelons ça un system of agreement. La plupart du temps, la gestion de ce processus se fait de manière décentralisée, et avec des outils qui ne parlent pas nécessairement entre eux. Aujourd’hui, il est primordial pour chaque entreprise de mettre en place un system of agreement moderne, pour automatiser l’intégralité du cycle de vie des contrats et en tirer bénéfices qui en découlent.
Grâce à une plateforme unique et centralisée pour gérer l’ensemble du cycle de vie des contrats, les départements juridiques et cabinets d’avocats peuvent non seulement améliorer la traçabilité des actes, favoriser leur vitesse d’exécution, mais aussi contribuer plus largement à une meilleure conformité réglementaire.

La signature électronique est-elle une des clefs pour améliorer la confiance entre les opérateurs du droit ?

Certes, le papier a son côté historique et officiel et paraît de prime abord plus sûr qu’un document dématérialisé. Or, avec le papier, il faut imprimer, signer manuellement, archiver quelque part et savoir retrouver le document en cas de besoin… Tout ceci est très chronophage et qui plus est, source d’erreurs.
Avec la signature électronique, le document est scellé et horodaté par un tiers de confiance, les informations sont automatiquement répertoriées dans la GED du cabinet, et les données restent confidentielles (seules les personnes à qui l’accès au document a été accordé pourront y accéder – ce qui n’est pas le cas avec les contrats papier). On peut faire en sorte, aussi, que les signataires doivent s’identifier avant de pouvoir signer (vérification de pièces d’identité, authentification par vidéo). Les bénéfices en termes de sécurité et de traçabilité des contrats confidentiels sont donc tangibles.

Qu’évoque pour vous le sujet du salon, « Humain + Technologie = 3 » ?

Ma vision, personnelle, est la suivante : si une action peut être exécutée par la technologie plutôt que par l’humain, il faut laisser la technologie prendre le relais – et ce, non pas pour s’épargner un salaire mais justement pour permettre aux collaborateurs d’apporter plus de valeur ajoutée à la société. La transformation digitale est en marche et est en train d’impacter tous les secteurs d’activités. Le digital est déjà partout et le sera de plus en plus. Cette notion d’ "Humain + Technologie = 3" doit justement nous pousser à réfléchir sur la manière dont nous devons nous transformer (en tant que personnes et en tant qu’entreprises) pour profiter au mieux des opportunités créées grâce à une approche numérique… et il y a pléthore d’opportunités !