> Blog Legaltech > Les interviews du Village de la Legaltech : Renaud de Saint Sernin, (...)

Les interviews du Village de la Legaltech : Renaud de Saint Sernin, directeur commercial et data de Lefebvre Sarrut .

Publié le : mardi 12 novembre 2019

Lefebvre Sarrut est Top Sponsor de l’Edition 2019 du Village de la Legaltech et proposera notamment un espace de démonstration de solutions innovantes pour les métiers du droit.

Ingénieur de formation, Renaud a effectué la première partie de sa carrière dans le secteur des logiciels B2B, notamment en tant que responsable du développement à l’international. Détaché successivement en Espagne et en Allemagne, il jouit d’une bonne connaissance des cultures, des langues et des contextes locaux.
Après un MBA à l’INSEAD, Renaud rejoint Google à Paris où il gère un portefeuille d’éditeurs de contenus, en particulier d’applications mobiles, auxquels il propose des solutions publicitaires pour monétiser leur audience. C’est à l’époque l’émergence des jeux freemium avec des modèles économiques entièrement fondés sur la donnée et la prédiction.
Fort de cette double expérience terrain et digitale, il rejoint le groupe Lefebvre Sarrut en 2017 en tant que directeur commercial et data. Il s’attache depuis à réorienter l’organisation commerciale vers les nouveaux besoins des clients, en plaçant l’usage (et donc la donnée) au centre de tous les processus.

Quels grands changements du monde juridique observez-vous ?

Parmi les changements à l’œuvre dans le monde juridique, il convient de s’attarder sur les constantes évolutions réglementaires, sur l’émergence de nouvelles technologies bien entendu et de manière générale sur le phénomène de plateformisation qui entend opérer une profonde mutation de l’expérience clients dans l’accès au droit.

Ces changements ne sont pas tout à fait nouveaux, nous parlons d’une évolution des comportements et des attentes amorcée depuis des années. Pour autant, ils ont de multiples impacts sur nos marchés et créent de véritables opportunités pour tous les acteurs qui y trouvent souvent un accès au droit et aux normes grandement facilité.

Preuve de ces opportunités : l’émergence de nouveaux entrants tels les start-ups qui proposent des services en ligne et promettent une démocratisation des formalités juridiques et de l’accès au droit. Une des conséquences et pas des moindres, est qu’ils viennent interroger les avocats sur l’avenir de leur relation clients sur des sujets aussi variés que leur modèle économique, la qualité de service exigée par nos clients (réactivité et transparence) et ces nouvelles formes de concurrence auxquelles ils doivent faire face.

L’incitation à l’exercice pluriprofessionnel est une forme de réponse à cette nouvelle donne du marché, l’interprofessionnalité favorisant le développement d’offres plus pragmatiques. Le marché se réorganise donc progressivement, et amorce une phase de consolidation.

Quel est votre rôle en tant qu’éditeur juridique historique sur les transformations actuelles ?

Notre rôle est pluriel.

Tout d’abord soutenir activement nos clients pour les aider à comprendre, à anticiper les transformations du secteur et à mettre à profit les opportunités de faire prospérer leur activité de multiples façons : en leur assurant d’être conformes à la réglementation, en les rendant plus productifs pour maintenir leurs marges face à la pression des prix, en leur donnant les moyens de diversifier leur activité ...

De la même façon, face à la nébuleuse que peut constituer l’explosion de la legal tech pour nos clients, nous nous devons d’identifier les outils réellement opportuns pour l’avenir de leur activité, et de soutenir le développement de ces nouvelles propositions de valeur sur le marché. C’est pourquoi notre logique d’innovation combine notre expertise de leader des services à haute valeur ajoutée avec la collaboration d’acteurs clés de l’écosystème qui sont présents à nos côtés sur le Village Legal Tech 2019.

Enfin, nous nous donnons pour mission d’être acteur du monde d’aujourd’hui et de demain en prenant part par exemple aux démarches favorisant l’open data des décisions de justice, non seulement en France mais aussi partout en Europe.

Que vous évoque le thème de notre salon ?

En tant qu’ingénieur, j’aime résoudre les équations. Pour moi la solution est "Humain + technologie = humain3" parce que la technologie ne vaut que si elle est maitrisée par l’Homme.
Nous investissons beaucoup dans l’innovation et dans la technologie, mais notre investissement principal est, et sera toujours, dans nos collaborateurs, dans leurs talents et le développement de leurs compétences.